Parce que chaque euro compte !

 

Parce qu'un investissement immobilier ne se fait pas à l'aveugle, vous êtes, nous sommes, toujours très regardant quant aux taux proposés par les établissements bancaires ou spécialisés.

Aujourd'hui, chacun prend la liberté de pousser les portes de plusieurs établissements afin d'obtenir les prêts les plus avantageux.

En revanche, vous êtes encore bien peu nombreux à savoir que le coût d'un prêt immobilier se décompose en deux grandes parties : le prêt en lui-même qui comporte le capital et ses intérêts à rembourser, et l'assurance ou les assurances emprunteurs obligatoires.

 

Ne pas confondre taux d'emprunt et assurances de prêt

 

Si aujourd'hui le taux des prêts immobiliers s'harmonise globalement entre tous les prêteurs à 1 ou 2% prés, il en est tout autrement des assurances emprunteurs.

Au même titre que vous avez l'entière liberté de choisir votre assureur pour votre logement, votre véhicule... vous pouvez aussi choisir librement la compagnie d'assurances qui garantira le remboursement de votre immobilier en cas de décès, d'invalidité, de chômage...

 

Si le taux d'emprunt demeure l'objet de communication favori des établissements de prêt et des banques, en revanche, ils se font beaucoup plus discrets sur le montant des assurances de prêt qui sont obligatoires. Bien souvent ces établissements proposent des « packages » incluant ces assurances. Ce ne sont pas les établissements de prêt ou les banques qui garantissent ces risques, ils proposent des contrats de groupes négociés en amont. Si les prêteurs sont « obligés » de se tenir à des taux très bas, ils se rattrapent bien souvent sur les assurances de prêts.

Rien ni personne ne vous empêche de faire jouer la concurrence. Vous n'êtes pas dans l'obligation de souscrire à ces packs deux en un.

 

Faire jouer la concurrence

 

Avec des taux d'emprunts historiquement bas, de nombreux français ont renégocié leurs prêts immobiliers, mais peu ont pensé à revoir leurs conditions d'assurances de prêts et pourtant...

 

Depuis la Loi Lagarde de 2010, chacun a la liberté de souscrire son assurance emprunteur auprès de la compagnie de son choix. Seule condition, les garanties souscrites doivent au moins être équivalentes à celles proposées par l'établissement prêteur.

 

Depuis juillet 2014 et la Loi Hamon, l'emprunteur peut, à tout moment, la première année de son prêt, changer librement d'assureur à conditions de souscrire à des garanties au moins équivalentes à celles proposées par l'établissement prêteur.

 

Quant à l'amendement Bourquin de la Loi Sapin II entré en vigueur au 12 janvier 2018, il permet à tous les détenteurs d'un prêt immobilier de changer d'assurance emprunteur chaque année. Attention, la résiliation doit se faire au moins deux mois avant la date anniversaire du contrat d'assurance souscrit dans le cadre du  prêt.

 

Si dissocier l'assurance du prêt peut sembler un exercice complexe, il n'en est rien et l'économie peut parfois s’avérer substantielle. Si le montant de cette assurance emprunteur peut représenter jusqu'à 40% du montant du prêt immobilier, le fait de faire jouer la concurrence, permet des économies qui peuvent aller jusqu'à 15 000€ selon le profil ou bien encore l'âge de l'emprunteur.